CAREME 2015

Quand foi et écologie se rencontrent Habiter la création, revenir à l'essentiel Création et humanité au coeur du dessein de Dieu

« Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden

pour qu’il le travaille et le garde. » Genèse 2,1

 

Le CCFD-TERRE SOLIDAIRE accompagne les communautés chrétiennes depuis plus de 50 ans pour un dialogue avec le monde et une mise en œuvre de la SOLIDARITE INTERNATIONALE

Les enjeux internationaux de cette année sont nombreux et essentiels à toute l'humanité et aux générations futures. Au CCFD-Terre Solidaire, nous affirmons que la part de l’être humain est indispensable dans la construction de notre monde au quotidien. Ce dernier est composé de réalités différentes et complémentaires, et chacun, chacune dans le lieu où il se trouve doit avec d’autres en prendre soin et faire en sorte que toute personne puisse y trouver de quoi s’alimenter, vivre heureuse en paix et en harmonie.

L'axe choisi dans le diocèse est : POUR SE NOURRIR : l'accès à la terre. Isabelle Manimben, chargée de mission du CCFD Terre solidaire en Afrique de l'Ouest nous a parlé du Bénin et de l'accaparement des terres dans le monde par des particuliers, des multinationales ou des états. Le foncier est au coeur de beaucoup de conflits.

 

Nous vous proposons un chemin de carême avec, au cœur, la sobriété comme un engagement ici pour nos frères et sœurs là-bas. Une sobriété qui évoque les ressources naturelles,qui implique de remettre les choses à leur place, qui nous appelle à faire du vide, à revenir à l’essentiel dans la joie et non dans la tristesse.

 

  1. Les témoignages d'acteurs de solidarité engagés partout dans le monde sont précieux pour garder l'Espérance dans ce monde en pleine ébullition.Les peuples, les cultures, les identités multiples s'entrechoquent,se divisent mais LA TERRE EST A TOUS !

 

  1. Deux exemples sur deux continents : la Thaïlande

La School for well being est une structure atypique et jeune, puisqu’elle s’est créée en 2010. Mais l’histoire remonte en réalité à 2007 : à l’initiative d’un de nos partenaires thaïlandais, la Conférence internationale du mouvement « Bonheur National Brut » (alternative proposée par le royaume du Bhoutan au « Produit National Brut ») se tient à Bangkok. Pour Hans et Wallapa, organisateurs de cette conférence, c’est une révélation.

Parole de Hans et Wallapa Van Willenswaard, fondateurs de la School for Well being : « En explorant des notions telles que « le bien-être », le « bonheur » ou le « bien vivre » et en nous engageant passionnément pour faire de ces notions des points de repère essentiels pour le développement, nous soutenons le Bonheur national brut, un indicateur alternatif aux indicateurs économiques classiques qui repose sur quatre piliers :

- l’intégrité culturelle et la « spiritualitéengagée » ;

- la bonne gouvernance ;

- le développement économique équitable ;

- la protection de l’environnement et l’agro-écologie.

 

Nous pensons que cette combinaison de valeurs est au fondement de notre mission de contribuer à façonner un développement durable. »

 

Objectifs

• Repenser les indicateursde développement en lien avec la notion de bien-être.

• Proposer une réflexion sur les modèles de développement économiques et agricoles alternatifs, respectueux de l’homme et de la Mère Nature.

• Organiser une mobilisation dans la région du Mékong, pour un changement de modèle agricole

par la promotion des pratiques de l’agriculture biologique et durable.

• Promouvoir des liens directs entre producteurs et consommateurs au niveau local

 

Appui du CCFD Terre solidaire

• Soutien financier : 40 000 € par an

• Soutien pour l’animation du réseau Towards Organic Asia (Vers une Asie Bio) depuis 2011

et soutien au processus de recherche-action comparée des modèles agricoles dansla région du Mékong.

• Mise en lien de School for well being avec les partenaires du CCFD-Terre Solidaire en Asie et des universitaires en France.

• Travail de sensibilisation en France aux différentes perceptions du développement et de la richesse.

 

Un réseau de jeunes bénévoles du CCFD-Terre Solidaire en région Rhône-Alpes entretient des échanges importants avec la School for well being. L’une de ces bénévoles est actuellement volontaire de solidarité internationale dans les locaux de notre partenaire.

 

  1. et le Congo

En République démocratique du Congo, les conflits qui minent le pays depuis 20 ans s’alimentent de l’exploitation des ressources naturelles.

À l’Est, les minerais sont l’objet de la convoitise de groupes armés et de trafiquants qui prospèrent sur le pillage du pays. Massacres, travail forcé, viols de masse ; plus qu’ailleurs, les minerais congolais

ont un goût de sang.

 

Objectifs de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles

• Informer les communautés locales sur leurs droits et les impliquer dans la gestion des ressourcesnaturelles.

• Veiller à l’application des lois dans le domaine de l’exploitation des ressources naturelles.

• Contribuer à la réduction de la pauvreté et de l’insécurité par la bonne gestion du secteur.

 

Appui du CCFD-Terre Solidaire

• Le CCFD-Terre Solidaire est partenaire de la CERN depuis sa création. Il l’appuie financièrement

(30 000 € par an)et techniquement pour la bonne réalisation de ses activités.

 

  1. L'éco responsabilité, l'urgente conversion selon Dominique Lang, assomptionniste, journaliste à l'hebdomadaire Le Pélerin.

« Le mouvement semble irréversible : en quelques décennies, la thématique de la responsabilité écologique, réservée jusque-là à quelques ONG environnementalistes, est complètement passée dans les sphères politique, sociale et économique, sans coup férir. Bien sûr, ce passage est loin d’avoirconverti tous les cœurs. Mais le succès rapide d’une expression telle que le « développement durable »

témoigne de profondes mutations en cours.

Partout, la manifestation de plus en plus évidente des limites du modèle économique dominant actuel s’impose. Épuisement, corruption, pollution, forment un fil rouge de l’actualité qui s’exprime aussi

bien dans la mondialisation économique que dans les réalités environnementales. Et à chaque fois, ce sont les communautés les plus faibles qui en souffrent le plus : communautés humaines des régions

pauvres mais aussi formes animales et végétales rares ou sauvages, détruites à grande échelle. »

 

  1. La COP21,un événement majeur en 2015

La France accueillera, en décembre 2015, la conférence annuelle de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC, dont ce sera la « COP21 »).

 

Cette conférence va revêtir une importance particulière, dans la mesure où elle devrait permettre d’aboutir à un accord international, idéalement « contraignant », engageant l’ensemble des pays en matière de lutte contre le changement climatique et non plus uniquement les pays développés comme c’est le cas actuellement avec le Protocole de Kyoto (et ce, tout en prenant évidemment en compte leurs responsabilités et capacités respectives). En tant que future présidente de cette conférence, la France a un rôle-clé à jouer dans ce cadre et doit se montrer exemplaire.

 

Le CCFD-Terre Solidaire se mobilisera tout au long de l’année autour de cet événenement.

Dans le diocèse la compétition pour les terres arables dans le monde a constitué le thème de la formation de novembre 2014.

Voir a ce sujet une petite vidéo sur Arte de J C Victor, Le dessous des cartes

http://www.tv-replay.fr/redirection/21-02-15/le-dessous-des-cartes-arte-11005818.html

 

Citations :

- du pape François, dans l'exhortation apostolique La joie de l’Évangile,

« Nous aimons cette magnifique planète où Dieu nous a placés,et nous aimons l’humanité qui l’habite (...). La terre est notre maison commune et nous sommes tous frères.

(...)

Dans ce système (...) tout ce qui est fragile, comme l’environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé. »

 

- du pape Benoît XVI, dans l'encyclique L’Amour dans la vérité,

« La famille humaine tout entière doit trouver les ressources nécessaires pour vivre correctement grâce à la nature elle-même, don de Dieu à ses enfants, et par l’effort de son travail et de sa créativité. »

Article publié par COMITE CATHOLIQUE CONTRE LA FAIM ET POUR LE DEVELOPPEMENT TERRE SOLIDAIRE • Publié le Dimanche 22 février 2015 • 1780 visites

keyboard_arrow_up