Vêpres à Walincourt

Depuis quelques mois c'est redevenu une tradition, les cloches sonnent chaque dimanche à 17h30 pour annoncer les vêpres.

Les vêpres : un des offices les plus anciens dans la tradition de l' Eglise et que les moins de 20 ans à moins d'un séjour dans un monastère ne peuvent pas connaître ! Quel intérêt à relancer cela se sont dit quelques paroissiens ? Pour qui ? Pourquoi ? C'est connu ce qui est nouveau ou ancien dérange .....

Et pourtant chaque dimanche à l'église de Walincourt à 17h30, sous l'impulsion de Robert, la "vieille" tradition est redevenue réalité. Ils sont entre 20 et 25 chaque semaine à prier l'office des vêpres.

Dans le cadre de la nouvelle Evangélisation, l'abbé Matthieu Dervaux est présent ce 23 février. Il propose que "durant ce temps de prière nous demandions la grâce de vivre avec ferveur ce carême. Témoigner du feu qui nous habite, cette lumière de Jésus qui nous fait vivre. Que ce temps nous donne la force pour plus de prières, de partage et de jeûne."

C'est un beau défi que de vouloir faire revivre la communauté par des temps de rencontre, de chants, de convivialité autour du Christ. A l'image de Baptiste, Cyril et Robert qui se sont investis dans ce projet et qui par leurs voix aident à la prière, n'ayons pas peur des "quand dira-t-on", allons découvrir ou redécouvrir ce que sont les vêpres : ce temps qui marque le changement de jour liturgique, qui commémore la beauté et la création du monde !

Qu'il y ait dans chaque clocher un évènement rassembleur pour annoncer l'Evangile même à ceux qui sont loin de l'Eglise est une bonne chose. Ce petit temps de prière pour renouer avec les habitants, les pratiquants ou non. Ecouter les chants en latin ou pas, se laisser porter par l'obscurité et le silence pour entendre l'appel de Dieu, c'est sans doute ce que recherchent les assidus des vêpres à Walincourt.

A la suite de ce temps de prière, tous se retrouvent au presbytère autour d'un chocolat chaud et de quelques biscuits pour poursuivre les échanges sur ce que nous apporte ce temps de prière, sur le bien qu'il nous fait, c'est aussi prendre des nouvelles des uns et des autres et de s'inquiéter ou se réjouir pour les habitants. A entendre tous ceux qui sont là c'est une belle initiative et un moment agréable à partager. Que ceux qui en doutent n'hésitent pas à franchir la porte de l'église: tous sont les bienvenus !

 

 

Article publié par Dorothée QUENNESSON • Publié le Lundi 24 février 2020 • 343 visites

keyboard_arrow_up